19 février 2008

LES AFFAIRES COURANTES

Voici une petite réflexion sur les ondes pour vous mettre l'eau à la louche, pardon à la bouche.

A condition que vous n’ayez pas la nausée lorsque vous naviguez, malgré vous, en eaux troubles.

Si on exclut les dessous de table et les blanchiments d'argent sale, qui n'ont d'ailleurs jamais existés dans notre propre Pays, les grosses affaires se traitent rarement en liquide.

Et pourtant...

Il est courant qu'une affaire qui flotte entre deux eaux ne puisse se terminer dans les temps et finisse dans le lac. A moins qu'on réussisse à la repêcher avant, sa chute occasionne alors des remous et entraîne une perte sèche de liquide. C'est ce qu'on appelle la fluctuation des cours.

La vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille pour les hommes d'affaires toujours affairés. Couler leur(s) société(s) n’est pas leur principal souci ; en bons capitaines d’industries, ils pensent surtout à se sortir sains et saufs d’un éventuel naufrage. Dès qu'ils sentent venir l'orage, il leur faut agir vite, mais sans précipitation, pour éviter de plonger, c'est-à-dire garder la tête hors de l'eau.. Ils doivent savoir nager et ne pas hésiter surtout à mouiller leurs subordonnés. Car, pour espérer avoir un parachute en or lorsqu'ils sautent, il leur faut ouvrir le parapluie en grand.

Quoique... ce n'est pas toujours nécessaire; de bonnes relations et/ou une bonne couverture en haut lieu font aussi bien l'affaire... dans les affaires.

Voir sombrer le bâtiment chargé d’âmes tout en étant à l’abri du danger leur donne le fier sentiment du devoir accompli.

C'est le secret des affaires.

Chuttttt……… motus et fluctuat nec mergitur.

Ite missa est !

Amen !

Comme quoi, les hommes d'affaires ne perdent jamais leur latin, ni rien d'autre.

Posté par gzormix à 03:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LES AFFAIRES COURANTES

Nouveau commentaire